Nutrition, alimentation et lupus

Si vous souffrez de lupus érythémateux disséminé (LED ou lupus), une alimentation équilibrée devrait faire partie intégrante de votre programme global de traitement du lupus. Votre maladie vous expose à un risque élevé d’un certain nombre de problèmes de santé, notamment l’ostéoporose et les maladies cardiaques et rénales. Un mode de vie sain peut réduire la probabilité de développer ces problèmes. Si vous prenez des corticostéroïdes pour le traitement du lupus, une alimentation saine est particulièrement importante, car ce médicament provoque souvent une augmentation de l’appétit et une prise de poids.

Il n’existe pas de « régime du lupus », mais il existe des directives générales et des conseils pour une alimentation saine qui profiteront à toute personne atteinte de lupus, quel que soit son état de maladie. En général, le meilleur plan de repas est celui qui est faible en gras, faible en sodium, riche en fibres et faible en sucres raffinés. Les régimes riches en protéines peuvent ne pas être appropriés, en partie parce que les personnes atteintes de lupus ont tendance à avoir une fonction rénale compromise. Un régime riche en protéines peut exercer un stress sur les reins.

Si vous avez des questions sur votre alimentation, trouvez un diététicien dans votre région qui a de l’expérience avec le lupus. Vous pouvez demander à votre médecin de vous référer. Vous pouvez visiter le site Web des Diététistes du Canada pour trouver une diététiste près de chez vous.

Santé Canada a récemment publié un nouveau guide alimentaire intitulé « Bien manger avec le Guide alimentaire canadien », pour vous aider à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour maintenir une alimentation équilibrée.

Une alimentation équilibrée est préférable

Malgré les preuves qui suggèrent que certains nutriments jouent un rôle important dans la gestion du lupus, les experts s’accordent à dire qu’une alimentation bien équilibrée offre les plus grands avantages.

Suivez ces recommandations lorsque vous faites des choix sur ce que vous allez manger chaque jour :

  • Incluez des sources riches en calcium, surtout si vous prenez des corticostéroïdes, qui interfèrent avec l’absorption du calcium et peuvent entraîner l’ostéoporose. Les aliments riches en calcium comprennent le lait et les produits laitiers et, dans une moindre mesure, le brocoli, les légumes verts (blettes, gombo, chou frisé, épinards, etc.), la choucroute, le chou, le rutabaga, le saumon et les haricots secs. Pour augmenter l’absorption, consommez du calcium avec un aliment contenant de l’acide ou de la vitamine C. La plupart des femmes n’incluent pas assez de calcium dans leur alimentation et ont besoin d’un supplément. Discutez-en avec votre médecin, surtout si vous souffrez d’une maladie rénale.
  • Consommez de riches sources de fer. Pour augmenter l’absorption, vous pouvez consommer du fer avec un aliment contenant de l’acide ou de la vitamine C. Les sources de fer comprennent la crème de blé, le foie, le bœuf, l’agneau, le porc, le poulet, la dinde, les œufs, le poisson, les haricots, la mélasse noire, les pruneaux, les abricots, les pois verts et les pains et céréales enrichis. Gardez à l’esprit que la prise de calcium avec du fer diminue l’absorption du fer. Vous ne devez prendre des suppléments de fer que sur l’avis d’un médecin.
  • Consommez beaucoup d’aliments riches en vitamine C. Il s’agit notamment des tomates fraîches, du brocoli, des oranges et autres agrumes, des fraises, du chou-fleur, du cantaloup, du chou et des poivrons verts. La cuisson ou la transformation de ces aliments épuise rapidement leur teneur en vitamine C.
  • Incluez des aliments riches en vitamine B6 (pyridoxine). Ces aliments comprennent les céréales et le pain à grains entiers, le poisson, la volaille, les viandes (en particulier le foie), les bananes, les noix, les avocats, les haricots verts, les pommes de terre et les légumes à feuilles vertes comme les épinards.
  • Incluez des aliments riches en vitamine D pour améliorer l’absorption du calcium et réduire votre risque d’ostéoporose. Ces aliments comprennent les œufs, les huiles de poisson et les aliments enrichis, y compris le lait et certaines céréales ; Vérifiez les étiquettes. De nombreuses personnes, en particulier dans les régions les plus froides de l’Amérique du Nord, souffrent d’une carence en vitamine D et ont besoin d’un supplément. Discutez-en avec votre médecin.
  • Pour réduire votre risque de maladie cardiaque, suivez un régime pauvre en graisses saturées et en cholestérol. Certaines recherches suggèrent qu’un régime pauvre en graisses peut diminuer un système immunitaire hyperactif. Un faible apport en matières grasses diminue également votre risque de certains cancers. Lorsque vous utilisez des matières grasses en cuisine, choisissez de l’huile d’olive ou de canola.
  • Éliminez autant que possible les gras « transsaturés ». Ils sont souvent un ingrédient dans les produits de boulangerie et autres aliments transformés – lisez l’étiquette ! Si vous voyez « huile partiellement hydrogénée » sur l’étiquette, cela signifie que le produit contient des gras trans. ß Les acides gras oméga-3 ont des propriétés anti-inflammatoires. Les graines de lin moulues, l’huile de lin et les noix sont riches en acides gras oméga-3. Les poissons à haute teneur en acides gras oméga-3 comprennent le maquereau, le saumon et les sardines. Attention cependant, car certains poissons, y compris le thon et le maquereau, peuvent contenir des niveaux élevés de mercure ou d’autres toxines.
  • Les produits à base de tomates, en particulier la pâte de tomate, contiennent des niveaux élevés de lycopène, ce qui peut réduire le risque de maladie cardiaque et de certains types de cancer.

Contrôle du poids, gestion de la faim et taille des portions

C’est un calcul simple. Les gens prennent du poids lorsqu’ils mangent plus de calories qu’ils n’en dépensent. Par conséquent, le nombre de calories consommées fait partie intégrante de la gestion du poids.

Bien manger avec le Guide alimentaire canadien recommande les types d’aliments que vous devriez manger (produits laitiers, fruits et légumes, céréales, viandes et substituts) ainsi que le nombre de portions de chaque bon groupe par jour.

Il est important de porter une attention particulière à la taille des portions, qui a considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies. Le contrôle de la taille des portions aide à limiter l’apport calorique, en particulier lorsque vous mangez des aliments riches en calories. Par exemple, les bagels ou les muffins sont souvent vendus dans des tailles qui constituent au moins deux portions, mais les gens mangent souvent le tout, pensant qu’ils ont mangé une portion.

Voici un moyen « pratique » de mesurer la taille des portions. Lorsque vous choisissez un produit céréalier, comme le pain, le riz ou les céréales, une portion équivaut à la taille de votre poing. De même, une portion de fruit doit être de la taille de votre poing. Pour une portion de légumes, considérez qu’une portion est la quantité que vous pouvez tenir dans les deux mains. Et une portion de viande ou de poisson ne doit pas être plus grosse que votre paume et pas plus épaisse que votre petit doigt. Si vous choisissez d’ajouter de la matière grasse, comme du beurre ou de la margarine, limitez la quantité à la taille du bout de votre pouce.

Un autre moyen facile d’éviter la « distorsion des portions » est de diviser votre assiette en trois sections. Remplissez la moitié de votre assiette avec au moins deux sortes de légumes, un quart avec un féculent (comme la pomme de terre, le riz ou les pâtes) et l’autre quart avec des protéines (poisson, viande maigre ou poulet). Ajoutez un verre de lait écrémé et un fruit pour un repas équilibré.

Il est également important de contrôler l’alimentation entre les repas. Si vous avez faim entre les repas et que vous avez besoin d’une collation, essayez l’un des aliments suivants : des légumes crus, une salade légèrement assaisonnée, un verre de lait faible en gras, un gâteau de riz nature ou du maïs soufflé nature, ou un fruit. Voici d’autres conseils pour la gestion du poids :

  • Divisez le contenu d’un grand paquet dans plusieurs récipients plus petits pour éviter de manger trop à la fois.
  • Au lieu de manger directement sur l’emballage, transférez une portion raisonnable dans un bol ou un récipient.
  • Garder la nourriture hors de vue la garde hors de l’esprit. Par exemple, lorsque vous achetez en vrac, stockez l’excédent dans un endroit peu pratique, comme le garage ou le sous-sol.
  • Si vous devez garder des aliments riches en calories, tels que des biscuits, des croustilles ou de la crème glacée, dans la maison, placez-les sur une étagère haute ou à l’arrière du congélateur et déplacez les aliments sains vers l’avant, à hauteur des yeux.

Corticostéroïdes et nutrition

L’un des effets secondaires les plus dévastateurs de la corticothérapie est son interférence avec l’absorption du calcium, ce qui peut entraîner l’ostéoporose. Le médicament peut également arrêter l’absorption de nutriments tels que les vitamines B6, C et D, le zinc et le potassium et interférer avec la capacité des cellules à les utiliser. De plus, les corticostéroïdes peuvent entraîner une perte de protéines musculaires, modifier la capacité de l’organisme à gérer la glycémie (glucose) et augmenter les dépôts de graisse et la rétention de sodium. Afin de contrer les effets nutritifs des corticostéroïdes, assurez-vous de suivre un régime alimentaire très nutritif. Il est particulièrement important que vous consommiez beaucoup de calcium et de vitamine D (en visant trois produits laitiers par jour, si vous le pouvez) afin de prévenir l’ostéoporose. Actuellement, les médecins recommandent des suppléments de calcium et de vitamine D lors de la prise de corticostéroïdes à forte dose.

Vitamines et suppléments

Certaines preuves suggèrent que les vitamines peuvent jouer un rôle dans l’influence de l’auto-immunité. Par exemple, il a été rapporté qu’une carence en vitamine D aggrave l’auto-immunité ; certaines recherches suggèrent également qu’un faible apport en vitamine A, en bêta-carotène et en vitamine C peut augmenter le risque de lupus. Des études préliminaires suggèrent que la supplémentation en vitamine E pourrait diminuer l’activité du lupus. Théoriquement, des doses modérées de vitamines A et C et de bêta-carotène pourraient également diminuer l’inflammation, et les preuves suggèrent que les acides gras oméga-3 peuvent réduire l’inflammation chronique.

L’huile d’onagre et l’huile de poisson peuvent être utiles dans la gestion de certaines maladies auto-immunes, telles que le lupus.

Hormone

Les hormones ont des effets sur la fonction immunitaire. Certaines légumineuses, céréales, fruits et noix contiennent des hormones appelées phytoestrogènes. Ils peuvent augmenter la fonction immunitaire, mais à ce stade, nous savons peu de choses sur les effets d’un apport alimentaire régulier en phytoestrogènes. Cependant, les produits à base de soja contiennent des phytoestrogènes connus sous le nom d’isoflavones et de lignanes ; Ceux-ci ont une structure similaire à celle des hormones œstrogènes et, étant donné que les œstrogènes peuvent stimuler l’activité du lupus chez certaines personnes, il existe une certaine raison pour laquelle les produits à base de soja devraient être évités par les personnes atteintes de lupus.

D’autre part, les preuves suggèrent que l’hormone déhydroépiandrostérone (DHEA) peut être utile pour le traitement du lupus et que les suppléments de DHEA de 200 mg par jour peuvent améliorer les symptômes chez les femmes atteintes de lupus léger à modéré. D’autres études sont nécessaires pour déterminer si la DHEA est sûre et efficace pour les hommes et les femmes atteints de cette maladie. La production de médicaments « naturels » n’est pas encore réglementée, et l’on craint que la puissance et la consistance de ces produits puissent varier considérablement.

Aliments à éviter

Certains aliments ou suppléments peuvent théoriquement aggraver les symptômes du lupus. Il s’agit notamment de :

  • Germes de luzerne et suppléments contenant de la luzerne
  • Echinacea
  • Produits à base de soja

De plus, certains aliments peuvent aggraver les migraines, une affection courante dans le lupus. Si vous souffrez de migraines, assurez-vous de parler à votre médecin de votre alimentation.

Mâchez ça

Les chercheurs étudient constamment les effets de certains aliments sur la santé humaine. Beaucoup plus d’études sont nécessaires avant de pouvoir affirmer définitivement que certains aliments ou nutriments sont bénéfiques ou nocifs pour les personnes atteintes de lupus. Considérez les recherches suivantes, mais en même temps, essayez de tenir un journal des aliments que vous mangez et de l’activité de votre maladie. Vous verrez peut-être un modèle qui vous aidera à gérer votre lupus et à réduire les poussées.

Articles de blog sur le lupus :

Coin des recettes de Lupus Canada

Lire

Vivre avec le coin du lupus avec Mauricia Ambrose

Lire

Salade de quinoa aux légumes rôtis

Lire