Le système nerveux et le lupus

Les manifestations neurologiques du lupus érythémateux disséminé (LED ou lupus) sont fréquentes et varient de légères à sévères. Les personnes atteintes de lupus peuvent éprouver des épisodes de perte de mémoire, des maux de tête, des accidents vasculaires cérébraux et des dysfonctionnements cognitifs, ce qui signifie généralement des difficultés à se concentrer ou à raisonner. Ces symptômes surviennent lorsque le lupus affecte le système nerveux du corps.

Comprendre votre système nerveux

Le système nerveux est composé du cerveau, de la moelle épinière et des nerfs dans tout le corps. Il comporte trois parties distinctes :

  • Le système nerveux central (SNC) se compose du cerveau et de la moelle épinière.
  • Le système nerveux périphérique est composé de fibres nerveuses qui fournissent à la peau et aux muscles l’énergie nécessaire à la sensation et au mouvement.
  • Le système nerveux autonome est l’approvisionnement nerveux des glandes et d’autres organes internes.

Il n’y a pas de réponses définitives quant à la façon dont le lupus affecte le système nerveux ni à la raison pour laquelle il l’affecte. On sait que le système nerveux a besoin d’un flux sanguin ininterrompu pour fournir à ses tissus l’oxygène et les nutriments nécessaires à leur fonctionnement normal. Il existe des théories sur la façon dont le lupus peut causer les nombreux symptômes de l’atteinte du système nerveux :

  • Le tissu nerveux peut être endommagé lorsque les anticorps attaquent les cellules nerveuses ou les vaisseaux sanguins.
  • Les nutriments et l’oxygène sont acheminés par les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. Si le flux sanguin est ralenti ou interrompu, les cellules du système nerveux sont blessées et incapables de fonctionner normalement. Des symptômes se développent en conséquence.
  • Les symptômes varient en fonction de l’emplacement et de l’étendue de la lésion tissulaire.

Tests neurologiques pour le lupus

Votre médecin peut vous prescrire un ou plusieurs tests de laboratoire pour déterminer si votre lupus est à l’origine d’une atteinte neurologique et dans quelle mesure. Ces tests peuvent inclure l’imagerie par résonance magnétique (IRM), l’électroencéphalogramme (EEG), l’électromyogramme (EMG), la tomodensitométrie (TDM), la ponction lombaire (ponction lombaire) ou des tests sanguins. Les rayons X peuvent également être utilisés à l’occasion pour diagnostiquer des dommages neurologiques.

  • La tomodensitométrie et l’IRM permettent d’obtenir des images du cerveau qui révèlent des accidents vasculaires cérébraux, des tumeurs, des saignements et des abcès.
  • L’EEG détecte une activité électrique anormale du cerveau, qui peut être associée à des convulsions (épilepsie).
  • Les études EMG et de conduction nerveuse détectent une activité électrique anormale des muscles et des nerfs.
  • L’analyse du liquide céphalo-rachidien révèle des changements distincts dans le liquide céphalo-rachidien qui indiquent divers troubles (infection, inflammation, etc.).
  • Les analyses sanguines peuvent révéler des problèmes de saignement ou des anticorps pouvant entraîner une coagulation sanguine anormale (par ex. anticorps antiphospholipides, anticoagulant lupique).

Bien que nous ne comprenions pas complètement les mécanismes par lesquels le lupus affecte le système nerveux central, nous savons qu’il existe plusieurs syndromes neurologiques qui affectent de nombreuses personnes. Bien que l’on pense que les troubles cognitifs sont très fréquents dans le lupus, peu de patients subissent des tests spécifiques pour le documenter. Les symptômes comprennent des difficultés à trouver les mots et à récupérer des informations. Les personnes atteintes de cette maladie l’appellent souvent « brouillard lupique ».

Recherche sur le lupus : Connexions cérébrales

Une étude de cinq ans sur la fonction cognitive, appelée Brain CONNECTIONS, a évalué les patients atteints de lupus tous les quatre mois à l’aide d’une grande variété de tests. Dans un test, les participants ont reçu une liste de mots et on leur a demandé de les rappeler après environ 10 minutes. Bien que la plupart des participants aient eu de la difficulté à se souvenir des mots, ils ont été en mesure de choisir les 10 mots originaux à partir d’une liste de 20 mots. Cela indique une interférence avec l’accès à l’information qui existe dans le cerveau.

Les chercheurs de l’étude Brain CONNECTIONS ont également mesuré le dysfonctionnement cognitif et les changements biologiques chez les participants et ont constaté une incidence élevée d’anomalies cérébrales anatomiques. Les personnes dont les IRM ont montré des anomalies cérébrales étaient plus susceptibles d’avoir des problèmes d’attention focalisée et de temps de réaction, et avaient également une activité plus élevée de la maladie du lupus. Cela suggère que les dommages fonctionnels et structurels au cerveau sont évidents au début du processus de la maladie, ce qui souligne la nécessité de rechercher le mécanisme sous-jacent de l’implication du cerveau dans le lupus. Syndromes neurologiques importants observés dans le lupus Vascularite du système nerveux central Le syndrome neurologique le plus grave associé au LED est la vascularite du système nerveux central, une inflammation des vaisseaux sanguins du cerveau. La plupart des épisodes (plus de 80 %) surviennent tôt, dans les cinq ans suivant le diagnostic de lupus. Les anticorps attaquent les vaisseaux sanguins, provoquant une inflammation, ce qui peut gravement affecter la circulation du sang.

Un nombre relativement faible (certains estiment 10 %) des personnes atteintes de lupus développent une vascularite du système nerveux central, présentant des symptômes tels que de fortes fièvres et des convulsions, et peut-être un comportement psychotique ou bizarre. La vascularite du système nerveux central nécessite généralement une hospitalisation et est traitée avec de fortes doses de corticostéroïdes et d’autres médicaments.

Manifestations neurologiques du lupus

Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Un nombre assez important (certains estiment qu’un tiers de toutes les personnes atteintes de lupus) ont des anticorps anticardiolipine ou un anticoagulant contre le lupus. Ces anticorps augmentent le développement de caillots sanguins (malgré le fait que ce dernier ait le terme « anticoagulant » dans son nom – c’est un titre qui est resté au fil des décennies). On estime qu’un tiers de ces personnes peuvent développer des caillots sanguins dans diverses parties du corps. Lorsqu’un caillot sanguin se produit dans le système nerveux central, il peut provoquer un accident vasculaire cérébral ou un accident vasculaire cérébral. Les symptômes de l’AVC comprennent une faiblesse ou un engourdissement soudain du visage, d’un bras ou d’une jambe, ou des difficultés à parler.

Le risque d’accident vasculaire cérébral dans le lupus peut être augmenté même en l’absence d’anticorps anticardiolipine ou d’anticoagulant antilupique. Selon les facteurs de risque de la personne, le risque d’accident vasculaire cérébral peut être réduit avec des médicaments, tels que des anticoagulants et de l’aspirine. Le contrôle de la pression artérielle et le traitement du cholestérol sont importants. Le tabagisme doit être éliminé.

Maux de tête liés au lupus

Par rapport à la population générale, les personnes atteintes de lupus sont deux fois plus susceptibles d’avoir des maux de tête de type migraineux. Les personnes atteintes de lupus qui ont également le phénomène de Raynaud sont encore plus susceptibles d’avoir des maux de tête sévères. Les maux de tête sont gérés à l’aide d’analgésiques, d’anti-inflammatoires, de thérapies spécifiques contre la migraine et parfois d’antidépresseurs tricycliques.

Troubles de l’humeur

Les signes et symptômes du lupus neuropsychiatrique peuvent être très subtils, tels que de légers maux de tête, une altération de l’activité mentale ou une dépression. Dans la forme la plus grave, des convulsions ou une paralysie partielle peuvent survenir. L’American College of Rheumatology répertorie 19 syndromes neuropsychiatriques associés au lupus. Dans une étude, les syndromes neuropsychiatriques de lupus étaient présents chez 80 % des personnes atteintes de lupus ; Il s’agit notamment d’un trouble anxieux (24 %), d’un épisode dépressif majeur (28 %), d’un trouble de l’humeur avec des caractéristiques dépressives (19 %), d’un trouble de l’humeur avec des caractéristiques maniaques (3 %), d’un trouble de l’humeur avec des caractéristiques mixtes (1 %) et d’une psychose (5 %). La dépression est un symptôme important du lupus.

La dépression dans le lupus est souvent attribuée à tort à une maladie chronique et à tout ce qui l’accompagne. En fait, le lupus lui-même provoque la dépression, et la prise en charge du lupus – le traitement de la maladie sous-jacente ainsi que l’ajout éventuel d’un traitement antidépresseur – lève souvent la dépression. De nouveaux antidépresseurs plus doux qui ont moins d’effets secondaires graves sont maintenant disponibles. Lors de poussées de lupus sévères, les personnes atteintes de la maladie peuvent présenter une variété de troubles psychiatriques allant de troubles de la personnalité légers à un comportement psychotique grave. Certaines personnes atteintes de lupus sont diagnostiquées à tort comme étant schizophrènes au début de leur maladie. Le traitement du lupus entraîne généralement une amélioration totale des symptômes psychiatriques.

Des problèmes de mémoire ?

  • Passez un examen physique pour vous assurer que votre perte de mémoire n’est pas due à un autre problème de santé.
  • Soyez attentif lorsque vous recevez de nouvelles informations. Répétez-le ou écrivez-le. Vérifiez tous les détails dont vous n’êtes pas sûr.
  • N’encombrez pas votre vie avec des choses qui ne sont pas importantes.
  • Concentrez-vous sur une tâche à la fois.
  • Prenez bien soin de vous : faites de l’exercice, mangez bien et dormez suffisamment.
  • Apprenez des techniques de mémorisation, comme associer le nom d’une personne à une image ou répéter le nom plusieurs fois dans une conversation.

Est-ce que ce sont les médicaments ?

Les médicaments utilisés pour traiter le lupus peuvent provoquer des effets secondaires similaires aux symptômes du lupus du système nerveux central. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) provoquent parfois des maux de tête, des étourdissements et, rarement, des symptômes semblables à ceux de la méningite. Les médicaments antihypertenseurs peuvent être associés à une perte de libido ou à une dépression. Les corticostéroïdes sont associés à l’agitation, à la confusion, aux sautes d’humeur et, à fortes doses, à la psychose. Le sevrage des stéroïdes peut entraîner de la fatigue, des douleurs et de la faiblesse.

Lorsqu’on vous prescrit un nouveau médicament, assurez-vous de discuter des effets secondaires possibles avec votre médecin ou votre pharmacien. Si vous ressentez l’un de ces symptômes, parlez-en immédiatement à votre médecin.

Articles de blog sur le lupus :

Coin des recettes de Lupus Canada

Lire

Vivre avec le coin du lupus avec Mauricia Ambrose

Lire

Salade de quinoa aux légumes rôtis

Lire