Utilisation de CyTOF pour disséquer l’interaction entre l’interféron de type I et la production d’auto-anticorps dans le lupus érythémateux disséminé

Dre Joan Wither Scientifique principale, Institut de recherche Krembil Professeure de médecine et d’immunologie, Université de Toronto Directrice de la clinique de rhumatologie STAT (Urgent Assessment), Toronto Western Hospital Directrice de la clinique des maladies rhumatismales auto-immunes précoces, Toronto Western Hospital

Directrice : Dre Joan Wither

Cochercheurs : Dr David Brooks et Dr Zahi Touma

Membre de l’équipe : Zoha Faheem

Nos résultats indiquent que l’examen des protéines induites par l’IFN dans les populations immunitaires du sang périphérique par CyTOF est une technique extrêmement puissante qui peut fournir des informations importantes sur les mécanismes immunitaires qui conduisent à des poussées d’activité de la maladie dans le LED.

L’analyse des protéines induites par l’IFN par CyTOF a été initialement développée pour l’examen des cellules immunitaires infiltrant les tumeurs dans les études liées au cancer ; cependant, ces populations immunitaires diffèrent assez nettement de celles que l’on observe dans le sang périphérique lors des poussées de LED. Par conséquent, nous avons considérablement modifié l’analyse pour permettre l’examen des populations immunitaires importantes dans le LED. De plus, sur la base de nos travaux sur des modèles murins de LED, nous voulions examiner si certaines des molécules de signalisation clés dans les cellules immunitaires étaient altérées dans les cellules qui exprimaient des protéines induites par l’IFN. Nous nous sommes également récemment intéressés à savoir si les cellules immunitaires qui favorisent les poussées s’activent dans des endroits tels que la peau, l’intestin et les poumons où le système immunitaire interagit avec l’environnement (ce qui indique potentiellement qu’il existe des déclencheurs environnementaux pour les poussées). Par conséquent, nous avons ajouté des marqueurs cellulaires à l’analyse qui nous permettraient d’examiner si les cellules immunitaires avaient été dans ces sites.

Les résultats de nos recherches montrent que l’évaluation de l’expression des protéines induites par l’IFN à l’aide de CyTOF est un moyen très puissant et efficace d’examiner l’exposition aux IFN dans plusieurs populations de cellules immunitaires, ce qui nécessitait jusqu’à présent des techniques moléculaires très coûteuses et à forte intensité de main-d’œuvre. Par conséquent, dans les expériences en cours, nous proposons d’utiliser cette technique pour démêler l’association entre l’IFN, le type et le site d’activation cellulaire, et les poussées d’activité de la maladie. Nous prévoyons également d’utiliser cette technique pour examiner le rôle de l’IFN dans la transition de la positivité asymptomatique de l’ANA, qui peut précéder de nombreuses années le développement du LED, à la maladie symptomatique en utilisant une cohorte unique de patients suivis de la phase préclinique de leur maladie jusqu’au développement des symptômes.

Articles de blog sur le lupus : Lupus lorem ipsum dolor sit amet est requiem deste natur.

Essais cliniques et études

Lire

Le Réseau canadien pour la défense des droits des personnes immunodéprimées (RCIA) – Défendre les intérêts des personnes immunodéprimées partout au Canada

Lire