Récipiendaires 2020 du prix Catalyseur de Lupus Canada

blog image

Chercheurs

Dre Leslie Skeith et Dre Megan Barber

Mentor: Ann Clarke

Université de Calgary

Une étude de cohorte prospective évaluant l’activation du complément et des plaquettes chez les patients atteints de lupus atteints du syndrome des antiphospholipides.

Résumé du projet

Problème: Il existe un taux élevé de complications obstétricales, telles que la prééclampsie, chez les femmes atteintes de lupus érythémateux disséminé (LED) et de syndrome des antiphospholipides (APS). La physiopathologie de l’APS est mal comprise et implique une interaction complexe entre le complément et les systèmes de coagulation. Notre plan : Nous terminons une étude de cohorte prospective pour évaluer longitudinalement l’activation du complément pendant la grossesse chez les femmes atteintes d’APS et les témoins enceintes appariés. Nous lançons un domaine de recherche visant à évaluer les plaquettes chez les patientes enceintes atteintes de LED atteintes d’APS obstétricale (oAPS) à l’aide d’une nouvelle méthode d’imagerie plaquettaire 4D. En évaluant en temps réel le lien entre l’activation plaquettaire et l’activation du complément, nous pouvons mieux comprendre la physiopathologie de l’oAPS.

Résumé des profanes

Le syndrome des antiphospholipides (APS) est une maladie auto-immune et une affection acquise de la coagulation sanguine qui est couramment observée chez les patients atteints de lupus. Les femmes enceintes atteintes de lupus et de SAP sont à risque de caillots sanguins et présentent des taux élevés de perte de grossesse et d’autres complications de grossesse comme la prééclampsie (hypertension artérielle et protéines dans l’urine) malgré le fait qu’elles reçoivent des anticoagulants et des médicaments à base d’aspirine pendant leur grossesse. Nous ne savons toujours pas pourquoi ces complications de grossesse se produisent ni la meilleure façon de les prévenir.

Les causes de l’APS sont mal comprises ; Sur la base de recherches antérieures, nous pensons qu’il implique à la fois le système du complément et les plaquettes. Le système du complément est constitué d’un groupe de protéines et fait partie du système immunitaire. Les plaquettes sont l’une des cellules sanguines et sont nécessaires à la formation de caillots sanguins. À l’aide d’un nouveau test d’activation du complément et d’une nouvelle imagerie plaquettaire à haute résolution, nous étudions quels sont les changements dans le système du complément et les plaquettes chez les patientes enceintes atteintes de lupus et d’APS, et comment les deux systèmes peuvent être liés.

Notre étude inclura des patientes enceintes atteintes de lupus avec APS et un groupe témoin enceinte sans lupus ou APS. Nous poserons des questions sur leur santé et les suivrons tout au long de leur grossesse. Nous aurons des analyses sanguines mensuelles pendant leur grossesse, puis toutes les deux semaines au cours de leur troisième trimestre, c’est possible. Le sang que nous prélevons nous permettra de mesurer l’activation du complément, d’imager leurs plaquettes et de voir comment ces tests évoluent au cours d’une grossesse.

Nous utiliserons ce que nous apprenons de cette étude pour mieux identifier comment les problèmes de grossesse se produisent chez les femmes atteintes de lupus et d’APS, afin de mieux prédire qui pourrait avoir des problèmes, puis d’étudier des thérapies ciblées pour améliorer les résultats pour les mères et leurs bébés.

Articles de blog sur le lupus : Lupus lorem ipsum dolor sit amet est requiem deste natur.

Essais cliniques et études

Lire

Le Réseau canadien pour la défense des droits des personnes immunodéprimées (RCIA) – Défendre les intérêts des personnes immunodéprimées partout au Canada

Lire