Maladie rénale et lupus

Le lupus érythémateux disséminé (LED) peut provoquer une inflammation des principaux organes. Beaucoup, sinon la plupart des personnes atteintes de lupus ont une certaine atteinte des reins. Parfois, les reins ne sont pas touchés de manière grave, mais la « néphrite lupique », une complication potentiellement grave du lupus, peut être très grave et nécessite souvent un traitement médical immédiat pour prévenir des dommages permanents.

La néphrite lupique présente très peu de signes ou de symptômes – elle peut survenir sans être détectée pendant une longue période. C’est pourquoi il est important que les personnes atteintes de lupus passent régulièrement des examens médicaux et des analyses d’urine, même si elles se sentent bien ou si leur lupus est calme depuis des mois ou des années.

Comment le lupus affecte-t-il les reins ?

Vos reins sont deux organes en forme de haricot situés au milieu de votre dos, sous la cage thoracique, un de chaque côté de votre colonne vertébrale. Ils ont chacun à peu près la taille d’un poing. La fonction principale des reins est d’éliminer les déchets et autres toxines du corps. Chaque rein possède environ un million de minuscules filtres, ou glomérules. Chaque glomérule est attaché à un tubule (cette équipe glomérule-tubule est appelée néphron). Le sang est filtré dans le glomérule, et les déchets et l’eau supplémentaire sont collectés dans le tubule, où ils deviennent de l’urine.

L’urine se déplace des reins vers la vessie à travers des tubes appelés uretères et est ensuite évacuée hors du corps. Dans le lupus systémique, le système immunitaire est hyperactif et produit des anticorps contre les propres tissus de l’organisme. Les anticorps se combinent avec des protéines appelées « antigènes » pour former des complexes immuns. Ils peuvent provoquer une inflammation, la mort cellulaire et des cicatrices dans n’importe quel organe, y compris les reins, où ils peuvent être piégés par le système de filtrage des reins. Lorsque les reins sont enflammés ou cicatriciels, leur capacité à faire ce travail est altérée, et les globules rouges ou les protéines, qui sont normalement maintenus dans la circulation sanguine par les reins, peuvent s’échapper dans l’urine. Les tests peuvent également montrer que les reins ont perdu une partie de leur capacité à éliminer les déchets du sang, ce qui peut devenir très grave.

Comme les protéines sanguines telles que l’albumine sont perdues dans l’urine, leurs niveaux peuvent chuter dans la circulation sanguine (par conséquent, les tests d’albumine sérique sont utiles pour diagnostiquer les problèmes rénaux). L’albumine aide à réguler la quantité de liquide dans le corps. Lorsqu’il y a une quantité insuffisante d’albumine, du liquide peut s’accumuler dans le visage, les mains, les pieds ou les chevilles et provoquer un gonflement ou des poches (œdème) qui peuvent s’aggraver au fur et à mesure que la journée avance.

Symptômes de l’atteinte rénale dans le lupus

Il n’y a généralement pas de douleur associée à une maladie rénale, bien que certains patients puissent remarquer un gonflement des chevilles. Le plus souvent, la seule indication d’une maladie rénale est un test d’urine ou de sang anormal, il est donc important de faire ces tests régulièrement, même si vous vous sentez bien.

Les signes avant-coureurs sont les suivants :

  • De grandes quantités de protéines dans l’urine (protéinurie, qui peut donner à l’urine un aspect mousseux) ; Se lever pour uriner pendant la nuit peut être le signe d’une perte excessive de protéines
  • La présence de plâtres dans l’urine (cellules sanguines qui peuvent s’accumuler dans le rein pour se former et être excrétées dans l’urine) ; ils peuvent être vus au microscope
  • Globules rouges dans l’urine (hématurie, qui peut donner à l’urine une teinte rose ou de couleur cola)
  • Globules blancs dans les urines (leucocyturie)
  • Faible taux de protéines sanguines (hypoprotéinémie)
  • Œdème (gonflement de certaines parties du corps, comme les mains et les chevilles et autour des yeux)

Les signes ou symptômes d’une maladie rénale qui peuvent être confondus avec la néphrite lupique peuvent être causés par certains des médicaments utilisés pour traiter le lupus. Ces problèmes s’arrêtent généralement lorsque les médicaments sont arrêtés. Deux médicaments qui peuvent causer une rétention d’eau ou une perte de la fonction rénale sont les composés salicylates (par exemple, l’aspirine) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Diagnostiquer l’insuffisance rénale

L’analyse d’urine permet d’estimer l’ampleur des dommages ou de l’activité dans les reins en indiquant les niveaux de protéines et de globules rouges. Un test plus précis de la perte de protéines et de la fonction rénale est la collecte d’urine sur 24 heures. Comme son nom l’indique, le patient recueille toute l’urine évacuée sur une période de 24 heures dans un récipient spécial.

L’urine est analysée pour déterminer si les reins filtrent correctement et quelle quantité de protéines est perdue. Des tests sanguins permettent de déterminer si les reins filtrent correctement en mesurant les niveaux de déchets. Le test de créatinine sérique vérifie la créatinine, qui est un sous-produit du métabolisme des protéines musculaires. D’autres tests sanguins peuvent aider votre médecin à poser un diagnostic. Deux tests couramment utilisés sont le test du complément sérique, qui mesure les niveaux de protéines dans le sang qui sont généralement faibles dans certains types de lupus actif, et un test anti-ADN double brin (également appelé anti-ADN), qui mesure les anticorps qui indiquent parfois un lupus actif.

Si votre médecin soupçonne que vos reins sont endommagés, il peut demander une échographie ou une biopsie pour déterminer l’étendue des dommages. Une biopsie rénale est également utile pour évaluer l’étendue et le type de néphrite lupique. Lors d’une biopsie rénale, une aiguille est utilisée pour extraire de minuscules échantillons de tissus, qui sont ensuite examinés au microscope. Une biopsie peut fournir des informations permettant de confirmer une maladie rénale, de déterminer si une inflammation ou une cicatrisation s’est produite et d’en identifier la cause.

Traitement de la néphrite lupique

Le déroulement du traitement dépend du degré de lésion des reins. Dans les cas bénins, le traitement peut être le même que pour les patients atteints de lupus qui n’ont pas de maladie rénale. Dans les cas graves, votre médecin peut adopter une approche plus agressive en utilisant des corticostéroïdes et/ou d’autres médicaments immunosuppresseurs.

Il existe deux principales formes de traitement médicamenteux utilisées pour la néphrite lupique : de fortes doses de corticostéroïdes (comme la prednisone) prises par voie orale ou intraveineuse pour contrôler l’inflammation ; et des médicaments « épargneurs de stéroïdes » pour supprimer l’activité du système immunitaire à long terme (voir la fiche d’information sur les médicaments contre le lupus).

Les corticostéroïdes et les médicaments antistéroïdiens combattent l’hyperactivité du système immunitaire, afin d’éviter d’endommager davantage les reins.

Les médicaments antistéroïdiens les plus couramment utilisés dans la néphrite lupique comprennent le cyclophosphamide (Cytoxan), le mycophénolate mofétil (Cellcept) et l’azathioprine (Imuran). Le cyclophosphamide a toujours été le traitement standard pour les formes les plus graves de néphrite lupique, et c’est un traitement très efficace, mais il a plusieurs effets secondaires négatifs potentiels (voir la fiche d’information sur les médicaments contre le lupus). En fait, tous les médicaments ont des effets secondaires potentiels. Ainsi, vos médecins viseront un contrôle optimal de la maladie rénale avec une variété de médicaments et de dosages qui peuvent varier au fil du temps, dans le but de limiter les effets secondaires tout en maximisant les avantages.

Si la pression artérielle est élevée, des médicaments pour la traiter (antihypertenseurs) peuvent également être prescrits. Deux types de médicaments très importants pour les personnes atteintes d’insuffisance rénale active sont les « inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) » (par exemple le monopril, le lisinopril, etc.) et les « antagonistes des récepteurs de l’angiotensine » (ARA), tels que Cozaar™. Des agents diurétiques peuvent être utilisés pour soulager l’enflure due à un excès de liquide dans le corps, et votre médecin peut recommander des changements alimentaires, y compris une réduction de la consommation de sel et éventuellement une consommation limitée d’eau et de potassium (que l’on trouve dans de nombreux aliments, en particulier certains fruits et légumes).

Si les dommages sont graves et que les reins sont défaillants, une dialyse ou une greffe de rein peut être nécessaire. Au cours des dernières décennies, nous avons beaucoup appris sur la néphrite lupique et son traitement s’est amélioré. On espère qu’avec des recherches supplémentaires, de moins en moins de patients atteints de lupus souffriront de lésions rénales.

Articles de blog sur le lupus :

Coin des recettes de Lupus Canada

Lire

Vivre avec le coin du lupus avec Mauricia Ambrose

Lire

Salade de quinoa aux légumes rôtis

Lire